Mon livre
livre rangement tri
 

Non, Marie Kondo n’est pas une méchante pollueuse égoïste! 

Non, Marie Kondo n’est pas une méchante pollueuse égoïste! 

Comme vous vous en doutez sans doute, je lis énormément d’avis sur les deux ouvrages de Marie Kondo: La Magie du rangement et Ranger, l’étincelle du bonheur.

Bien évidemment, il y a les avis positifs, les avis négatifs, les avis mitigés… Je ne juge pas, chacun est libre d’avoir son opinion. Mais il y a aussi des remarques erronées…!

Alors, bien sûr, je ne jette de pierre à personne parce qu’au départ, j’ai eu le même avis erroné. Donc, je comprends.

Aussi, en tant que « spécialiste » de la méthode KonMari, je ne sens obligée de  donner des explications au sujet de ce verbe si controversé, à connotation si négative, comme émanant des êtres les plus égoïtes et indifférents du sort de notre belle planète: j’ai nommé le malheureux verbe « JETER »!

Il est vrai que ce verbe doit apparaître des centaines de fois dans les deux ouvrages de Marie Kondo (non, je n’ai pas compté, effectivement, mais j’avoue que je n’ai pas tellement envie de le faire non plus…). À la première lecture, effectivement, cela m’a choquée aussi. Je me disais que Marie Kondo ne laissait aucune place à la solidarité (don), à l’écologie (recyclage), ni à nos petites économies (revente). Pas un mot sur ces trois notions ne figure dans La Magie du rangement.

A l’occasion du séminaire de consultants KonMari auquel j’ai participé, j’ai pu obtenir des explications très pertinentes à ce sujet. Pour Marie Kondo, jeter ne signifie pas simplement jeter mais plutôt: « faire sortir de chez soi »!

La confusion émane de deux faits: – Marie Kondo a mis l’accent sur les objets que nous gardons car ils nous mettent en joie et pas les autres, – les diverses traductions ont simplifié le terme. Effectivement, La Magie du Rangement a été traduit du japonais à l’anglais puis de l’anglais au français. Vous comprendrez donc que cela provoque parfois des malentendus… j’en conviens, ici, le malentendu est très malheureux…

Revenons-en au « faire sortir de chez soi ». Qu’est-ce que cela signifie? Cela signifie que l’on peut, sans gêne aucune pour le processus de désencombrement, vendre, donner ou recycler les objets dont on a décidé de se séparer. Marie Kondo encourage même ce genre d’initiatives à deux conditions: – on ne « recase » pas chez nos proches et – on se sépare de ces objets le plus rapidement possible!

En d’autres mots, on ne transfert pas son problème d’encombrement chez nos amis ou notre famille et on ne stocke pas en vue de vendre mais, on ne sait pas trop quand… (« demain, j’aurai peut-être le temps de mettre mes annonces, ou le mois prochain… »)

L’option préférée de KonMari (et la mienne) reste le don à des associations caritatives.

Voilà! J’espère que ces éclaircissements vous seront utiles et vous feront mieux apprécier les ouvrages de Marie Kondo!

N’hésitez pas à commenter si vous en avez envie! J’adore ça!

A bientôt! ?

5 Commentaires
  • Sylvie GUYON
    Posté le 12:41h, 03 avril Répondre

    Pour les habits je sais ou les donner (dans les containers qu’on trouve un peu partout), mais pour les livres ? Y a-t-il des associations qui les récupèrent ? Enfin j’avoue que si je me décide enfin à faire le grand ménage (me sens nouée là tout d’un coup), je continuerai de stocker pour la brocante et/ou le vide grenier (le garage ça compte pas non ?).

    • Véronique Lebon
      Posté le 20:14h, 03 avril Répondre

      Si, si, Sylvie! Le garage compte! Les livres peuvent être récupérés par des associations, effectivement. Il y en a beaucoup! Sinon, il y a des sites de revente comme Gibert-Jeunes ou Momox. J’ai essayé, ça marche très bien!

  • Bérengere
    Posté le 21:27h, 26 août Répondre

    Quand j’ai eu fini le tri des livres, j’avais 3 sacs à faire sortir de la maison. Je les ai porté à la bibliothèque municipale. Ils sont partis pour une nouvelle vie en tant que livres nomades !

    • Véronique Lebon
      Posté le 21:29h, 26 août Répondre

      Excellente initiative, Bérengère! C’est une des possibilités, effectivement!

  • Charlotte
    Posté le 10:17h, 01 novembre Répondre

    Bonjour, en effet à la lecture du livre, en 2018, ça fait vraiment mal de voir le mot « jeter » à chaque page. Je me doutais du problème de traduction et du besoin d’insister sur « aller zou, c’est plus chez moi ça! ». Et m’en étais pas trop formalisé, en me disant, « je ne jetterai que ce qui ne vaut plus rien, je reste je donnerai à des asso. » Mais ça fait du bien de le lire noir sur blanc!!!! Merci!!!

Post A Comment

Contactez-moi

Vous êtes curieux, intéressé, particulier ou professionnel, n’hésitez pas !

Mon livre
vient de paraître

Accessible à tous, cet ouvrage repose sur La technique des 7 besoins® qui ouvre de nouvelles perspectives de rangement durable, améliore le bien-être et propose une démarche éco-responsable.

livre rangement